Ailleurs » Leperon.fr / monCava.com / Leperon.TV / L’Annuaire du Cheval / Nos Petites Annonces / Votre Compte

XXIIe édition - Saumur

Jean-Yves SUSSIN - Passage d’une porte
Passage d’une porte

Peinture - Acrylique sur toile [60×50]

Jean-Yves SUSSIN

Né le 13/08/1942 à Fontenay le Comte
Sélections : 2011-2012-2013-2014

Parcours : Né en 1942 dans une famille où l’on dessinait et peignait mais qui n’avait aucune tradition équestre, il est guidé dans ses premiers pas « graphiques » par son grand-père. Il ne se rappelle pas ne pas avoir aimé les chevaux. À cette époque, on pouvait en voir au quotidien dans les rues des petites villes. Il en dessinait donc tout naturellement.

En Vendée, en forêt de Mervent, très jeune, il voit les chevaux de chasse du Rallye Boissière et de l’équipage Champchevrier qui venaient chasser le cerf et il peut monter à cheval. Vers l’âge de 16 ans, il se dirigé vers le concours hippique (il est champion de France vétéran Pro2 à Niort en 1993).

Après trois ans à l’École des Beaux-Arts de Nantes, il passe en 1967 le diplôme National d’Architecture d’Intérieur (les épreuves en loge se déroulaient alors dans les greniers des écuries du Château de Versailles). Dans le cadre des épreuves, il fait une étude sur les écuries des châteaux en Bretagne.

Après une carrière d’architecte d’intérieur en profession libérale, il peut se consacrer exclusivement au dessin et à la peinture.

D’une façon générale, il essaie, en dessinant ou en peignant de traduire le mouvement, le geste, les reflets des robes tout en gardant un certain réalisme sans intellectualisme qu’il avoue ne pas trop percevoir quand il les regarde.

Après avoir dessiné des scènes de courses et de chasses, il s’est intéressé à d’autres thèmes.

Passage d’une porte : « Quand on me demande d’expliquer ce que je dessine ou peins, je suis assez embarrassé car il n’y a rien d’intellectuel ou métaphysique dans mon travail. D’ailleurs la notion « travail » est très relative car je m’amuse plutôt.
À la suite de croquis, je fais des tâches de couleurs sur mon support puis je redessine dans cette forme abstraite à l’aide de traits et de taches colorées pour créer les lumières et les ombres en gardant l’objectif d’obtenir l’image de chevaux tels que je vois ou perçois et ai envie de les faire voir et percevoir à d’autres personnes.
Voilà à peu près tout ce que je peux en dire sachant que cette démarche est vraiment commune à tout ce que je fais. »

Écouter Jean-Yves SUSSIN [durée 2mn 35s]

Voir son site

Les votes débuteront le 18 octobre 2014.